Tableau en marqueterie réalisé par
Armande et Geoffroy de Bazelaire
à l'occasion du centième anniversaire
de la Galerie Berger. ( 1905 - 2005 )


L'Appartement de la Galerie Berger

Location Saisonnière
 
http://galeriebergerappartement.blogspot.fr/

L'Art de Vivre au 18ème siècle

dans une vieille demeure

face aux Hospices de Beaune
 
Membre de




https://www.facebook.com/profile.php?id=100008491274890
Grand Bureau Plat
"à Encadrements"


Réf. 1722

Grand Bureau plat à caissons,
de forme rectangulaire à montants arrondis,
en acajou et placage d'acajou.


Il ouvre par trois tiroirs en façade,
dont un formant coffre de sûreté
et deux tirettes latérales.
 



Il repose sur quatre pieds,
de type fuseau, à cannelures simples.

Il présente une belle ornementation
de bronze mouluré, ciselé et doré telle que :
galerie, encadrements à rangs de perles,
macarons et anneaux de tirage,
bagues et sabots.

Dessus gainé de cuir noir orné de vignettes,
d'écoinçons et d'un motif floral.

Estampille de Georges Kintz

Reçu Maître, le 18 décembre 1776

http://galeriebergerlexique.blogspot.fr/search/label/KINTZ%20Georges

Époque Louis XVI

Largeur fermé 146 cm
Largeur ouvert 238 cm
Profondeur 72 cm
Hauteur 75 cm


Notice 

Notre bureau est illustré dans l'ouvrage de Pierre Kjellberg "Le Mobilier Français du XVIIIe siècle" aux Éditions de l'Amateur (Paris, 2002, pages 505 et 506)



 
Vente Maître Renaud
Paris, 8 mars 1985

Exceptionnel Secrétaire
"en Armoire"
 
attribué à Christophe Wolff

 

Réf. 1731

Exceptionnel Secrétaire "en Armoire",
de forme rectangulaire à ressauts
et pans coupés, en marqueterie de bois précieux
dans des encadrements de bois de rose.

Il ouvre par un tiroir, dans sa partie supérieure,
par un abattant central découvrant 
cinq casiers et six petits tiroirs 
et par deux vantaux, dans sa partie inférieure,
découvrant un grand casier et trois tiroirs, 
dont un faisant coffre de sureté. 
Il repose sur une plinthe chantournée.

 


Il est orné d'une très riche marqueterie,
dans l'esprit néoclassique, à motifs 
de caprice architectural animé
de personnages sur fond de scène portuaire,
dans un encadrement de guirlande fleurie (abattant),



d'une frise supérieure ornée d'ustensiles
et d'un motif central dédié
à l'amour enrichi d'attributs, 
de vases à piédouche fleuris (vantaux),


de faisceaux de licteur et de colonnes 
torses (angles à pans coupés) 
et de chutes de branchages feuillagés nouées
et ornées d'attributs cynégétiques, sur les côtés.

Il présente une riche ornementation 
de bronze très finement ciselé et doré telle que : 
galerie à godrons, chutes à canaux
et dents de loup, macarons et anneaux de tirage, 
moulure à ressaut, rosaces feuillagées, 
moulure à godrons et tablier feuillagé 
orné d'un pot à feu.

Dessus de marbre blanc veiné gris

Christophe Wolff
(1720 - 6 août 1795)

Reçu Maître, le 10 décembre 1757

 
http://galeriebergerlexique.blogspot.fr/search/label/WOLFF%20Christophe


Époque Louis XVI, vers 1780

 Largeur 100 cm
Profondeur 38 cm
Hauteur 143.5 cm


Ancienne Collection de Madame de Polès
Galerie Charpentier, Paris
17-18 novembre 1936 (lot 209)


Ensemble de quatre Brûle-Parfum
 
"aux Cygnes"



Réf. 1729

Très bel ensemble de quatre
Brûle-Parfum "aux Cygnes"
en bronze très finement ciselé et doré.

Ils présentent une riche ornementation
à motifs de feuillage en tôle peinte, 
fleurs en porcelaine à décor polychrome,
branchages, roseaux
et reposent sur une base trilobée.



Milieu du 18è siècle

Hauteur 28 cm
Largeur 15 cm

Provenance

Ancienne Collection du Prince Stanislaw Albrecht Radziwill (1914-1976)
Vente Christie's Londres, 7 juillet 1977 (lots 12 et 13)



Notice

Cet ensemble illustre parfaitement le raffinement de cet art de vivre "à la française", qui donna aux artisans de cette époque l'occasion de faire la démonstration de l'excellence de leur savoir-faire.
Ils sont également le fruit d'une collaboration entre ces derniers et les Marchands Merciers qui étaient, eux-mêmes, des intermédiaires avec cette riche clientèle de collectionneurs privés.
Ils avaient l'art de faire réaliser les objets les plus précieux à l'aide de matériaux divers, parfois issus de l'importation, comme sur nos brûle-parfum, où les fleurs sont de fabrication française, les contenants en grès partiellement émaillés provenant de Chine et les cygnes en porcelaine de Meissen.


A set of four Louis XV
ormolu-mounted Chinese stoneware
and Meissen porcelain Brûle-Parfum

Mid-18th Century

Height 11 in.
Width 6 in.

Provenance

Former Collection of Prince Stanislaw Albrecht Radziwill (1914-1976)
Christie's London, 7th July 1977 (lots 12 and 13)


Suite de quatre Appliques
"aux Trompes"

 
Réf. 1710

Rare suite de quatre Appliques
"aux Trompes" à deux bras de lumière
en bronze très finement ciselé 
dans leur dorure d'origine.


Elles présentent une riche ornementation, 
dans l'esprit néoclassique, à motifs
de nœuds de ruban, guirlande de lierre,
bagues à feuilles de laurier 
et rang de perles, chaînettes et pompons.

Époque Louis XVI

Provenance

Château du Fresne

(Ancienne Collection
du Marquis et la Marquise de Brantes)

Hauteur 55 cm
Largeur 29 cm
Table à Ecrire
"en Chiffonnière"

par Bernard II van Riesenburgh



Réf. 1700

Rare Table à Écrire, dite "en Chiffonnière",
de forme mouvementée, en marqueterie
à décor floral de bois de bout de violette 
dans des réserves de bois d'amarante
sur fond de bois de rose.




Elle ouvre par un plateau coulissant,
trois tiroirs, en façade, dont un formant écritoire
et repose sur des pieds cambrés à facettes.




Elle présente une belle ornementation
de bronze finement ciselé et doré, telle que :
galerie ouverte à cuvette, poignées latérales tombantes,
entrées de serrure, bouton de tirage, 
chutes d'angle feuillagées à piastres, 
descentes de chute et sabots.

Bernard II van Riesenburgh
(avant 1705 - 23 février 1766)

Reçu Maître en 1730

http://galeriebergerlexique.blogspot.fr/search/label/BVRB

Époque Louis XV
vers 1760

Largeur 53 cm
Profondeur 37 cm
Hauteur 70.5 cm

Provenance

Collection Privée


 
Notice

Reconnu sans conteste comme le plus grand ébéniste du temps de Louis XV, B.V.R.B. ne fut identifié qu'en 1957 par J.P. Baroli. Celui-ci démontra que derrière les quatre lettres mystérieuses de l'estampille abréviative, se cachait une dynastie d'ébénistes d'origine néerlandaise, portant tous le même nom et le même prénom, et tous installés au faubourg Saint-Antoine, les Vanrisamburgh.

Bernard II Vanrisamburgh, qui utilisa l'estampille B.V.R.B., dut faire son apprentissage auprès de son père et obtint la maîtrise avant 1730. Toute sa vie il travailla pour les plus grands marchands-merciers parisiens comme Hébert au début, puis Lazare Duvaux et Poirier, se spécialisant dans les meubles de luxe en marqueterie de bois de bout, laque ou porcelaine. De ce fait, il n'eut pas accès directement à la clientèle élégante et à la renommée que connurent Boulle ou Cressent, qui avaient leurs ateliers dans des quartiers plus centraux. 

L’œuvre de jeunesse de B.V.R.B. peut être étudiée, car il semble avoir utilisé l'estampille dès 1735-1737. Dans ces années-là, il utilisa également comme Cressent, des placages de bois satiné uni. Après 1740, il pratiqua  la marqueterie de fleurs qui était démodée en France depuis 1700. Les premiers meubles en marqueterie de fleurs livrés au Garde-Meuble royal sont des livraisons d'Hébert en 1745 pour le dauphin et la dauphine à Versailles. IL s'agit presque uniquement de meubles de B.V.R.B. qui était alors un des principaux fournisseurs d'Hébert. B.V.R.B. mit alors au point la marqueterie de bois de bout, faite de fleurs de bois de violette se détachant sur fond de bois clair. Dans la première partie de son œuvre c'est le bois satiné qui est utilisé pour les fonds, parfois avec des encadrements d'amarante. On le voit bien sur le bureau plat livré en 1745 par Hébert, pour la dauphine. Par la suite, B.V.R.B. utilisa le bois de rose pour les fonds de marqueterie de préférence au bois satiné. On le voit sur le grand secrétaire livré en 1755 par Lazare Duvaux pour Louis XV à Trianon. La date charnière pour l'apparition des meubles en bois de rose est l'année 1749. C'est cette année-là qu'on voit les premiers meubles en bois de rose dans le journal de Lazare Duvaux. B.V.R.B. produisit également des secrétaires à abattant pour le marchand Poirier qui succéda à Duvaux à la tête de la mode parisienne dans les années 1760.

Notre table correspond à un modèle réalisé par B.V.R.B. II autour de 1760, époque à laquelle il recourt à la marqueterie de bois de bout de violette sur fond de bois de rose.
Elle appartient à un petit groupe de tables estampillées ou attribuées au maître réalisées pendant cette période.
Bien qu'elles comportent toutes des variantes dans leur décor de marqueterie, elles demeurent identiques par leur forme et leur architecture. 

Parmi celles conservées dans des musées et des collections privées ou celles passées en vente publique, l'une d'entre-elles provenant de la collection du Baron de Rédé (vente Sotheby's Paris, 16 mars 2005, lot n° 124), comporte, sous le tiroir, une inscription manuscrite de Simon-Philippe Poirier, "3 pièces argenté". Ces instructions destinées à l'attention du bronzier pour l'aménagement intérieur de l'écritoire, étaient presque systématiques de la part de ce célèbre Marchand-Mercier. On les retrouve sur nombre de meubles ayant été commercialisés par son intermédiaire, à tel point que l'on peut même penser qu'il ait été le collaborateur, voire l'initiateur de certaines créations de B.V.R.B. 

Musées

Victoria & Albert Museum - Londres
Metropolitan Museum - New York
(Collection Wrightsman, F. Watson, Vol. I n° 132)

Ventes publiques

Collection du Baron de Rédé (Sotheby's Paris, 16 mars 2005, n° 124) 
Collection du Baron de Rédé (Sotheby's Paris, 16 mars 2005, n° 125)
Sotheby's Londres, 3 mars 1978
Piasa Paris, 7 décembre 2011, n° 246

Paire de Coins de Feu
"en Cabriolet"

par Foliot

Vendu
 

Réf. 1702

Rare Paire de Coins de Feu
à dossier dit "en Cabriolet"
en bois de hêtre très finement
 mouluré, sculpté et ciré.


Ils comportent des dossiers,
de forme violonée, 
des consoles d'accotoirs en retrait
et reposent sur des pieds cambrés.



Ils présentent une riche ornementation,
de type rocaille, à motifs de fleurs,
fleurettes et feuilles d'acanthe.


Estampille de Nicolas-Quinibert FOLIOT
1706 - 8 mai 1776

Reçu Maître en 1729



http://galeriebergerlexique.blogspot.fr/search/label/FOLIOT


Époque Louis XV

Hauteur 84 cm
Largeur 66.5 cm
Profondeur de l'assise 51 cm
Paire de Seaux à Rafraîchir
en bronze à patine brune



Réf. 1715

Très rare Paire de Seaux à Rafraîchir,
de forme mouvementée, en bronze 
finement mouluré, ciselé et patiné.


Ils présentent une riche ornementation,
dans l'esprit baroque, telle que : 
ergots feuillagés, feuilles d'acanthe
disposées en applique et reposent 
sur une base à piédouche.

 

Époque Régence

Largeur 28 cm
Hauteur 22.5 cm



Notice

 
http://lexiquedelagalerieberger.blogspot.fr/search/label/C%20%20Couronn%C3%A9

Cette paire de Seaux à Rafraîchir comporte la marque du C couronné qui, normalement, figure sur des œuvres réalisées entre 1745 et 1749. Dans ce cas de figure, il est avéré que cette marque leur a été apposée pendant cette période, sachant qu'elle s'appliquait à "tout ouvrage vieux ou neuf" et que, par conséquent, il est fréquent de la trouver sur des pièces antérieures à 1745.

Lustre aux Liserons



Réf. 1708
 Lustre aux Liserons
en bronze doré, éclairant par sept
bras de lumière.

Il présente une riche ornementation
de feuilles d'acanthe, volutes,
fleurs en opaline peintes "au naturel"
et feuilles en verre de couleur
rehaussées d'or.

France

Première moitié du XIXe siècle

Hauteur 80 cm
Diamètre 63 cm